ROUTINES -CONSIGNES -SUBCONSCIENT
Comme on vient de le voir, la mise en place de routines est un élément essentiel dans le tir qui est un acte de coordination et de répétition dans des conditions différentes à chaque coup.
Les routines ont pour objet d’éviter au tireur d’avoir à gérer consciemment des tâches que le cerveau peut apprendre à faire d’une manière automatique et ainsi permettre de libérer la conscience du tireur afin qu’il porte celle-ci sur ce qui ne peut être automatisé.
Elles permettent aussi d’occuper le cerveau et donc d’éviter les pensées parasites et de réduire l’émotion.
Les routines de performance permettent principalement d’augmenter la concentration, c’est-à-dire l’attention à porter sur l’action à exécuter, afin que rien ne vienne en perturber le déroulement. Il s’agit donc d’une forme de préparation mentale permettant de centrer son attention sur ce qui est important et non sur ce qui ne l’est pas (le passé, l’avenir, les éléments sur lesquels je ne peux agir tels que le vent, la lumière, le bruit...).
Il ne faut surtout pas confondre une routine de préparation et un rituel de croyance (à bannir) !
Il ne faut pas confondre non plus « Routines » et « Consignes » qui sont des « ordres » données au cerveau sur la manière dont j’ai décidé de réaliser mon action de tir.
Les consignes peuvent être techniques ou mentales, revêtir une forme d’ordre impératif à exécuter consciemment, ou simplement une intention liée à un comportement.
Par exemple : Ma consigne peut être d’appuyer en continuité après l’engagement du point dur.
Si je fais cela consciemment, c’est une consigne technique : j’ordonne à mon cerveau d’exécuter avec conscience la pression continue de mon doigt sur la queue de détente.
Je peux aussi prendre cette consigne comme une intention de comportement et faire confiance à mon subconscient pour la réaliser, c’est-à-dire ne pas faire cela consciemment et donc sans contrôle.
Intervient donc ici ce qui fait la richesse de notre sport : La proportion entre conscient et subconscient de la réalisation de l’acte de tir.
Moins un tireur est expérimenté, plus il utilise le mode conscient.
Plus un tireur est dans la difficulté, plus il doit utiliser le mode conscient.
A l’opposé, plus un tireur a un haut niveau ou plus il est dans une phase dans laquelle l’action de tir se déroule naturellement (état de flow), moins il utilise le mode conscient et laisse son subconscient agir.
Il est alors dans un « état second », c’est-à-dire un « état modifié de conscience » (comme lorsque l’on conduit sa voiture, que l’on est absorbé par un film ou que l’on travaille sous hypnose) dans lequel la partie subconsciente du cerveau gère les actions sans passer par le filtre de la conscience.
Routines et Consignes font donc partie des outils à la disposition du tireur de compétition et il lui appartient de les définir, les organiser, les apprendre dans le but d’éviter au cerveau d’avoir à tout gérer par la conscience, car celle-ci constitue un filtre et donc un goulot d’étranglement quand la quantité de choses à gérer est trop importante.
Par ailleurs, le tir étant un acte de coordination, le cerveau n’est jamais aussi efficace dans ce domaine que lorsqu’il est en mode subconscient, là aussi, le filtre de la conscience étant un facteur de ralentissement par le contrôle de l’action


En cas de panne d'un pistolet, Doreen Vennekamp a établi un plan précis pour éviter de s'énerver.
« Plus un processus est familier, plus il peut être mis en œuvre facilement dans des situations stressantes », explique Doreen Vennekamp par expérience.
Par conséquent, en tant qu'athlète de haut niveau, il est important de structurer ses processus et de suivre un plan. Ceci est particulièrement important lorsque quelque chose ne va pas. « Pour moi, par exemple, il est important de savoir comment je réagis à un dysfonctionnement de mon arme sans m’énerver », déclare Vennekamp, ??qui a souvent fait preuve de nervosité en finale internationale. Cependant, garder la tête froide et réguler le pouls ne fonctionne que si elle a élaboré un plan à l'avance.
Prenez une courte respiration, levez la main, analysez (ou demandez un temps mort).
Si cela arrive en finale, changez d'arme immédiatement, concentrez-vous à nouveau, visualisez le tir parfait, continuez !

Comme les routines de compétition, les routines d’avant compétition peuvent également être divisées en différentes catégories.
Les émissions de télévision sportive montrent souvent comment les skieurs parcourent mentalement les pentes et vérifient leurs comportements.
Ces routines sont exécutées avant l'action réelle et sont également appelées routines de pré-performance.
Jeff Simons a développé une routine d’optimisation rapide, qui se compose de trois étapes principales :
La première étape consiste à respirer profondément les yeux fermés (signal physique).
Dans la deuxième étape, l'athlète visualise le déroulement parfait qui le mènera à la victoire (signal émotionnel).
À la troisième étape, il est important d'attirer à nouveau son attention sur le début imminent de la compétition et enfin de commencer (signal d'attention et d’activation).
Cela concerne les trois parties d'une routine : la régulation des émotions, le contrôle des cognitions et la régulation de la motivation.
Elles sont le fil conducteur, le plan de vol. Tout athlète se doit de structurer ses actions et de les mettre dans un plan défini. Cette démarche permet de gagner en confiance et en constance, ce qui évite de perdre de vue son objectif de comportement et de chuter.
Il y a différentes sortes de routines.
Comme chaque mois, Mental-Objectif-Perf tente de vous intéresser par la lecture d’un sujet différent ayant trait à la recherche de la performance.

Cette newsletter n’a d’autres prétentions que de vous faire partager et réfléchir à des thèmes et des sujets qui auront retenu mon attention dans le cadre d’une recherche perpétuelle d’améliorer notre comportement afin de mieux profiter de la vie, de mieux nous connaître et donc de mieux contrôler nos émotions.
Je vous propose de partager ce mois-ci une analyse de la DSB (Fédération allemande de tir) sur les routines à mettre en place pour les tireurs de compétition.
Mental-Objectif-Perf.
Mental-Objectif-Perf.

Penser le Tir sportif autrement…..
Daniel GOBERVILLE  
Actualités
Daniel GOBERVILLE  5, rue du Colombier  60660 Cires les Mello  France  Téléphone : +33 6 08 17 06 74  informations@mental-objectif-perf.com
N° SIRET :791199326 00012   code NAF : 85005

Penser le Tir sportif autrement…..
Apprendre à  gérer ses émotions, sa motivation et ses objectifs…
..

LES ROUTINES
News Letter N° 77
Telecharger au format PDF
 
«  A ne pas confondre avec un tic OU UN RITUEL DE CROYANCE »
Avril 2021
 
Mental-Objectif-Perf .


La coaching à distance

Le coaching a distance
LES ROUTINES
ROUTINES DE PERFORMANCE
Les routines de performance sont également utiles pendant la compétition pour soutenir l'action. Ces routines ont lieu pendant l'action et non seulement stabilisent l'action en cours, mais visent également à adapter l’attitude aux conditions environnementales actuelles.
Ces routines peuvent être utilisées, par exemple, lorsque le temps change. Une routine pourrait être : (1) percevoir le changement de temps, (2) observer le vent, (3) adapter les paramètres aux conditions météorologiques et (4) se motiver par des auto-instructions telles que «je peux faire ceci » afin de maîtriser ces conditions météorologiques avec succès.
ROUTINES DE PREPARATION
Combien de temps avant une compétition l'athlète se lève-t-il ?
Quand va-t-il déjeuner au plus tard ?
Que mange-t-il ?
Quand va-t-il sur le site de la compétition ?
Combien de temps faut-il prévoir pour le contrôle des vêtements et des armes ?
Chaque athlète a développé son propre modèle de comportement et le met en place le jour de la compétition. Si tout se passe comme prévu, cela renforce la confiance en soi de l'athlète et il se sent lui-même parfaitement préparé à réaliser sa performance. Il est donc important que les athlètes élaborent des routines, notamment pour le jour de la compétition. Elles contiennent des éléments très spécifiques qui les préparent de manière optimale à un événement de leur sport.
ROUTINES DE PRE-COMPETITION
ROUTINES DE POST PERFORMANCE
La dernière forme de routines de performance concerne les routines de post-performance, c'est-à - dire les routines qui ont lieu après qu'une action ait été effectuée.

Facilement reconnaissable par les biathlètes qui mettent leurs lunettes après le tir, mettent leurs gants, glissent leurs mains dans les boucles des bâtons et patinent quelques pas, avant que les choses ne recommencent vraiment.
Ainsi, des techniques cognitives, telles qu'une pause ou une gestion de la pensée après un mauvais coup, peuvent être utilisées. Ces routines diffèrent des routines d'après-compétition en ce que la compétition n'est pas encore terminée, mais continue.
ROUTINES D’INCIDENT
CONSTRUCTION DE ROUTINES
La procédure est la suivante :

REDACTION : Chaque étape d'une routine est écrite avec précision.
RÉVISION : La routine est ensuite vérifiée pour être complète en demandant à l’entraîneur ou au partenaire d'entraînement de lire le déroulement pendant que le tireur exécute l'action. Si vous vous entraînez seul, vous pouvez également écouter un message vocal que vous avez enregistré au préalable.
ANALYSE : Ce processus peut être en réalisé avec une analyse vidéo afin d'optimiser les processus et d’en montrer les potentiels au tireur.
SYNTHESE : La routine est ensuite réduite aux 3 à 5 points les plus importants qui mènent à un tir techniquement propre et réussi.
PRATIQUE : Ces 3 à 5 points, qui sont individuels pour chaque tireur, peuvent maintenant être préparés et exécutés par le tireur à chaque tir. Ils servent de fil conducteur, en particulier dans les situations stressantes.
Ces points donnent de la confiance et de la régularité. Ils peuvent également être écrits sur un morceau de papier, qui est posé de manière à ce que le tireur puisse le voir à tout moment et servir ainsi de petit rappel.
Surtout avec les jeunes athlètes, il est utile que l'entraîneur lise / répète ces points encore et encore pendant l'action afin que le tireur intériorise son programme.
Comme pour les routines de compétition, chacun a sa propre routine. Mais tout le monde en a besoin pour pouvoir maintenir la performance dans des situations de pression.
Ces routines évoluent, changent et doivent être entraînées jour après jour pour en tirer le meilleur parti.

Rafael Nadal et sa routine au service. Crédit : Sportinfozz.com